Le dessin du mois

Juin et juillet 2018 : joaillerie minuscule en salle blanche

Les scientifiques de l’expérience Alice profiteront du prochain long arrêt technique du LHC (LS2, entre 2019 et 2020) pour améliorer quelques uns de leurs détecteurs. Parmi eux, un nouveau spectromètre vers l’avant, appelé MFT (Muon Forward Tracker) sera installé dans la partie centrale près du point d’interaction pour complémenter l’actuel spectromètre à muons.

Lison a visité l’atelier d’assemblage de ce nouveau détecteur au CERN.

SUITE



Pour en savoir plus sur le Muon Forward Tracker


Le MFT permettra d’améliorer la reconstruction des particules produites lors des collisions (en particulier les muons). Basé sur des pixels silicium de technologie CMOS assemblés en des circuits hybrides intégrés, appelés échelles, qui iront équiper un système de 5 disques concentriques autour du tube faisceau. L’élément de base de ces circuits est le chip ALPIDE. Les chips sont collés et interconnectés par wire bonding à des circuits imprimés flexibles en aluminium. Un total de presque 1000 chips, correspondant à une surface de 0,5 m2, équiperont 280 échelles.

L’assemblage et la qualification des échelles ont lieu au Cern et comportent la participation des nombreuses équipes du projet MFT, sous la coordination de l’Irfu du CEA. Les autres laboratoires français impliqués sont l’IPN de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard), le LPC Clermont (CNRS/Université Clermont Auvergne) et Subatech (CNRS/Université de Nantes/IMT Atlantique). L’assemblage des échelles sur les disques du MFT a démarré mi-2018 et s’achèvera en 2019. L’installation en caverne au sein du détecteur Alice est prévue au printemps 2020.

- Pour vous abonner à la BD du LHC, suivez son fil RSS.

Plan du site  |   Contacts  |  Mentions Légales  |  Crédits  |  Accessibilité  |  Flux RSS