9 février 2010
Le LHC à l’aube d’une durée d’exploitation record

Genève, le 3 février 2010. Le Cern annonce le nouveau calendrier du LHC. L’accélérateur va être exploité pendant une durée de 18 à 24 mois à une énergie de collision de 7 TeV (3,5 TeV par faisceau). Cela en fera la période d’exploitation la plus longue de l’histoire du Cern et permettra le lancement du programme scientifique du LHC, un moment très attendu pour les physiciens travaillant auprès des détecteurs.

Lorsque le LHC sera de nouveau prêt pour recevoir des faisceaux à la fin de ce mois, le LHC entrera alors dans la plus longue phase d’exploitation d’un accélérateur de toute l’histoire du Cern, phase qui conduira jusqu’à l’été ou l’automne 2011. Ensuite, une longue période d’arrêt permettra ensuite d’effectuer tous les travaux nécessaires afin de permettre au LHC d’atteindre l’énergie de collision nominale de 14 TeV.

Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Steve Myers, Directeur des Accélérateurs et de la Technologie au Cern explique :

« Tout d’abord, le LHC est une machine différente de tous ses prédécesseurs au CERN. Étant donné qu’il s’agit d’une installation cryogénique, chaque période d’exploitation s’accompagne de longues phases de refroidissement et de réchauffement. Pour cette raison, le modèle traditionnel consistant en une exploitation jusqu’à l’automne et un arrêt hivernal avait déjà été remis en question. Par ailleurs, nous savons depuis un certain temps que des travaux sont nécessaires pour préparer le LHC à une exploitation à des énergies bien supérieures à l’énergie de collision de 7 TeV que nous avons choisie pour la première exploitation pour la physique. Les dernières données montrent qu’une exploitation sans risque à des énergies plus élevées nécessite des travaux supplémentaires dans le tunnel. Deux options étaient donc possibles : soit exploiter maintenant le LHC pendant quelques mois et programmer de courtes périodes d’arrêt successives afin de monter en énergie, soit exploiter tout de suite le LHC pour une longue période et programmer un seul long arrêt avant de pouvoir passer à 14 TeV (7 TeV par faisceau). »

« Lancer tout de suite une longue exploitation est la bonne décision, tant pour le LHC que pour les expériences. En effet, cela laisse aux équipes de la machine le temps nécessaire pour préparer soigneusement les travaux requis en vue d’un passage à 14 TeV. Quant aux expériences, une exploitation sur une période allant de 18 à 24 mois leur permettra de disposer de suffisamment de données dans tous les domaines où des découvertes sont susceptibles d’être faites afin de confirmer la prééminence du LHC au plan mondial dans le domaine de la physique des hautes énergies. »

Le LHC est prêt pour la fin février

La consolidation des connecteurs du nouveau système de protection contre les transitions résistives s’est achevée avec succès et l’alimentation des aimants à une intensité élevée a pu commencer. Parallèlement, le groupe responsable de la mise en service du matériel a commencé à alimenter les aimants dans tous les secteurs. Il s’agit là d’un long processus qui consiste à augmenter progressivement l’intensité afin d’atteindre les 6 kA nécessaires pour guider les faisceaux à une énergie de 3,5 TeV/faisceau. À présent, tous les secteurs ont réussi les tests à faible intensité, et le secteur 1-2 a été testé avec succès à l’intensité de 5 kA.

Restez connectés

Suivez les avancées du LHC sur twitter à http://twitter.com/cern_fr.
Vous trouverez plus de photos, de vidéos et les dernières informations à l’adresse suivante http://press.web.cern.ch/press/lhc-first-physics/ et sur la page dédiée de ce site : http://lhc-france.fr/collisions.

style="text-decoration:none;"
onmouseover="return addthis_open(this, '', '[URL]', '[TITLE]');"
onmouseout="addthis_close();"
onclick="return addthis_sendto();"><img
src="http://s7.addthis.com/static/btn/sm-plus.gif"
width="16" height="16" border="0" alt="Share" /> Partager cette page

pour en savoir +
  • Cet article est adapté de l’article de Steve Myers dans Le Bulletin du Cern du 8 février 2010.
  • En savoir plus sur l’atelier de Chamonix sur le site du Cern.
  • Les conclusions de Chamonix ont été présentées au Cern et en anglais le 5 février. Voir la vidéo ici.
  • En savoir plus sur les tests effectués actuellement auprès de l’accélérateur.
Plan du site  |   Contacts  |  Mentions Légales  |  Crédits  |  Accessibilité  |  Flux RSS