1er octobre 2018
Ursula Bassler élue à la tête du Conseil du Cern

Le 28 septembre, Ursula Bassler a été élue Présidente du Conseil du CERN pour un mandat d’un an renouvelable deux fois, à compter du 1er janvier 2019. Elle prendra la suite de M. Sijbrand de Jong, qui arrive au terme de son mandat après trois années passées dans ces fonctions.

« Je sais qu’Ursula Bassler est une physicienne remarquable et qu’elle est totalement investie dans la physique des particules ; elle nous apporte aussi tout le bénéfice de son expérience de l’administration. Elle a été élue à l’unanimité, et je suis sûre qu’elle sera une excellente présidente du Conseil du CERN, et qu’elle saura maintenir, avec enthousiasme et passion, cet esprit de collaboration », a déclaré Sijbrand de Jong actuel Président du Conseil du CERN.

Ursula Bassler est actuellement directrice adjointe de l’IN2P3/CNRS en France. Après son doctorat obtenu à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, en 1993, elle a poursuivi sa carrière au Laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergies (LPNHE), à Paris, où elle a étudié la structure du proton avec l’expérience H1, auprès de l’installation HERA, collisionneur électron-proton unique en son genre situé au laboratoire DESY, à Hambourg (Allemagne). En 1998 elle a rejoint l’expérience DØ auprès du Tevatron, collisionneur du Fermilab, aux États-Unis. Elle a travaillé sur le calorimètre DØ, détecteur permettant de mesurer les énergies des particules avec une grande précision, et a contribué à améliorer notre compréhension des propriétés du quark t. De 2007 à 2013, elle a dirigé la Division de physique des particules de l’Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), à Saclay (France). Au sein de la Direction de l’IN2P3, elle a pris part, en particulier, à l’élaboration de la contribution de l’Institut aux améliorations des détecteurs en vue du LHC à haute luminosité, ainsi qu’à la définition de la participation de la France au Nuage européen pour la science ouverte.

Ursula Bassler a participé à plusieurs comités nationaux et internationaux : le CVI, comité international chargé d’évaluer les activités de l’INFN, en Italie, le Conseil scientifique de DESY, en Allemagne, et le comité HEPAP du Département de l’énergie (DoE), aux États-Unis. Elle a également pris part à l’évaluation des dossiers pour l’attribution des bourses pour chercheurs débutants par le Conseil européen de la recherche, et a été membre du Comité des expériences LHC au CERN et du Comité LBNC au Fermilab. Elle est déléguée au Conseil du CERN depuis 2016.

« Une organisation telle que le CERN joue un rôle essentiel dans les progrès de la physique des particules, car nous avons besoin d’efforts continus menés dans une perspective de long terme, a déclaré Ursula Bassler. À l’heure où s’annonce une mise à jour de la stratégie européenne de la physique des particules, il sera important de dessiner des perspectives pour les futures infrastructures dans notre discipline et de commencer à jeter les bases de leur réalisation avec les États membres du CERN et la communauté de la physique des particules au niveau mondial. Je me réjouis de prendre ces fonctions à la présidence du Conseil, en liaison avec la Direction du CERN, le Groupe sur la stratégie européenne, et toutes les délégations, pour cette entreprise qui s’annonce pleine de défis. »

Avant Ursula Bassler, le dernier français président du Conseil était Michel Spiro pour la période 2010-2012.

pour en savoir +
Plan du site  |   Contacts  |  Mentions Légales  |  Crédits  |  Accessibilité  |  Flux RSS