La France dans LHCb

Plus de 50 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs en France au sein de 5 laboratoires unités mixtes du CNRS/IN2P3 – Université, travaillent autour du détecteur LHCb. Les groupes français jouent un rôle de premier plan. Ils ont assuré des responsabilités importantes dans la construction du détecteur et travaillent désormais à sa mise en route et son exploitation.

Les calorimètres

Les groupes français sont impliqués dans la conception et la construction de la structure mécanique et de toute la chaîne électronique des calorimètres, allant des détecteurs de lumière à l’électronique de lecture et de traitement des informations.

Identifier les collisions

Parmi les quarante millions de collisions par seconde, une majorité ne produit rien d’intéressant. Inutile dans ce cas d’enregistrer tous les événements. Des dispositifs de sélection, basés sur la nature et l’énergie des particules détectées, ont donc été installés. Ce sont eux qui spécifient aux systèmes informatiques quels événements il faut enregistrer pour ensuite les restituer aux physiciens. La France s’est chargée de la conception et de la réalisation d’un système électronique qui, sur la base des premières informations fournies par le détecteur, décide de l’intérêt d’un événement, appelé « déclenchement de premier niveau ». Il comprend une sélection calorimétrique, le détecteur de muons et la logique de décision.

Préparer les analyses scientifiques

En physique des particules, un « Monte-Carlo » est une simulation complète des propriétés du détecteur et des phénomènes physiques à étudier. Cette simulation est basée sur une génération "au hasard" des quantités qui interviennent. C’est grâce à cette modélisation que l’on peut à l’avance prévoir les performances du détecteur et étudier diverses hypothèses théoriques sur les résultats de physique attendus. Pour se préparer aux mieux aux collisions qui seront observées dans LHCb, les équipes françaises sont également engagées dans la préparation des analyses de physique. Elles participent à l’écriture des logiciels généraux : visualisation des collisions, génération de données de Monte-Carlo, développement du calcul sur grille de calcul du LHC, l’élaboration des outils d’analyse et l’étude des performances de l’expérience dans plusieurs canaux de désintégration.

pour en savoir +
Plan du site  |   Contacts  |  Mentions Légales  |  Crédits  |  Accessibilité  |  Flux RSS