Jean-Philippe Mathieu, graphiste

Jean-Philippe Mathieu, graphiste et responsable de l’Atelier Chose a conçu l’exposition "Nom de code LHC - La machine à remonter le temps"... et découvert le LHC à cette occasion. Il nous livre ses impressions.

Interview

Tu as réalisé et dessiné une exposition sur le LHC. Qu’est-ce qui t’a attiré vers ce projet ?
C’est l’immensité du projet pour un résultat compact, la synthèse de l’ultra-technique pour le néophyte. S’immerger dans le monde de la physique fondamentale, c’était un peu me proposer l’Everest en espadrilles, donc je n’ai pas hésité...

-  Quelle a été ta première impression quand tu as pris connaissance du sujet de l’appel d’offre ?
Très partagé en fait, car l’appel d’offre arrivait juste avant l’été, période très chargée pour l’atelier. Travailler sur une structure auto porteuse pour des lieux aux surfaces complètement différentes méritait un travail serein. C’est ta passion pour ce projet qui m’a décidé. [gêne de l’intervieweuse]

-  Avais-tu des a priori sur cette recherche ? sur les gens qui y travaillaient ?
En effet, déjà sur mon propre niveau de physique (limité à appuyer sur l’interrupteur pour avoir de la lumière). Puis travailler avec des savants fous, ouverts sur le monde à base d’exposants.

-  Finalement la physique des particules, c’est comment ?
Dit avec des mots simples, c’est beaucoup plus digeste.
Je me retrouve même lors de certains repas entre amis à exposer quelques solutions que pourraient apporter le LHC : trouver le boson de Higgs, l’identification et l’éradication de certaines cellules cancéreuses, la téléportation... [es-tu bien sûr que le LHC fasse tout cela Jean-Philippe ?]

-  Comment décris-tu le LHC à tes collègues graphistes ?
Je leur dis d’aller voir l’exposition...

-  Tu as eu la chance de visiter les installations du LHC avant son démarrage, quelles ont été tes impressions ?
Multiples.
Passé le gigantisme, c’est la synergie de l’électricien au physicien dans le même couloir, du Palestinien travaillant avec son collègue Israélien.
C’est également des pièces ultra-techniques construites pendant des années dans différents coins du globe qui assemblées formeront un tout.

-  Qui as-tu rencontré ?
Des passionnés...

-  Qu’est-ce qui t’impressionne le plus au LHC ?
C’est l’investissement fait sur l’avenir. .

-  Est-ce que tu recommanderais la visite du Cern ?
J’ai déjà envoyé des amis en visite ! Et si la visite avait été généralisée pour les classes de lycées, elle aurait sans doute suscité des vocations scientifiques qui nous manquent aujourd’hui. [effectivement, on y pense]

-  Quelle question aurais-tu voulu que je te pose ?
Quand est-ce qu’on repart pour l’aventure ?

(Propos recueillis par Perrine Royole-Degieux)

pour en savoir +
Plan du site  |   Contacts  |  Mentions Légales  |  Crédits  |  Accessibilité  |  Flux RSS